Alain Pierrot thinks digital

La première fois que j’ai rencontré Alain Pierrot, c’était dans les locaux qu’Hachette Livre occupait encore Boulevard St Michel. Il avait passé une tête dans le bureau de Véronique Schwab, alors que nous venions de recevoir la version CD-I de « La Famille Papyrus », et nous avions montré à celui qui était à cette époque le Monsieur Numérique du groupe quelques extraits de l’un des premiers titres multimédias ludo-éducatifs publiés par Hachette, destiné à la sensibilisation à la lecture des tous petits.

J’ignorais tout alors de SGML (et encore aujourdhui…), XML et la norme Onix n’existaient pas, et je ne connaissais du monde de l’édition que cet immeuble labyrinthique du boulevard St Michel. Mon projet de programme interactif autour de la lecture y était arrivé par la poste, quelques feuillets accompagnés d’une disquette contenant une pile Hypercard.  Il semblait encore magique à beaucoup qu’un clic à l’écran puisse déclencher un son, on prononçait le terme « arborescence » avec une pointe de timidité,  le CD-I semblait prometteur, l’usage du web était loin encore d’être généralisé. Alain et son équipe s’affairaient déjà depuis plusieurs années autour des dictionnaires et des encyclopédies, et parlaient couramment SGML (l’ancêtre de XML).
Alain était chez Cap Digital le 9 mars dernier. C’est toujours un plaisir de l’écouter, c’en est un aussi de pouvoir partager avec vous son intervention, grâce au travail de l’équipe de Think Digital.

(On peut voir la vidéo aussi sur La Feuille, les fauteuils sont confortables, et chez Aldus, il y a des esquimaux à l’entracte).


Think Digital , l’édition numérique.
par think_digital
Ce contenu a été publié dans la vie numérique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Alain Pierrot thinks digital

  1. Alain Pierrot dit :

    Rappeler aussi Zyzomys, 1989, dictionnaire encyclopédique multimédia, initié par Jean-Claude Subert (Hachette Livre) avec Gérard Dahan (Act Informatique).

    Ne pas oublier non plus de mentionner, à propos des encyclopédies et de l’article des Echos, le nom du maître d’œuvre de l’encyclopédie interactive Axis, Philippe Colombet, aujourd’hui responsable européen du programme de Google pour les bibliothèques numériques et les relations avec les éditeurs.

  2. F dit :

    belle présentation – et moi aussi ai eu droit à Alain racontant son parcours depuis les études de grammaire grecque, et toutes ces étapes une par une : il les incarne en partie… on est pas mal à avoir dette privée.

  3. Alain Pierrot dit :

    Marc Autret me rappelle sérieusement à l’ordre sur la prise en compte des auteurs dans les schémas d’édition.

    Qu’un auteur puisse ne pas céder le droit d’exploiter son œuvre sous forme numérique tandis qu’elle est exploitée sous forme imprimée, ou qu’il se réserve d’exercer lui-même ce droit, ou qu’il décide d’intéresser à titre non exclusif un tiers qui serait distinct de l’éditeur primaire, ou qu’il projette de se joindre à un coauteur pour dériver une œuvre hypermédia de la première qu’ils confieraient ensemble à un éditeur spécialisé, etc., aucune de ces hypothèses n’a de sens dans la projection d’Alain Pierrot, […]

    Un texte utile à lire dans son ensemble, afin de poser les problèmes juridiques liés aux éditions numériques et de mesurer la complexité de la définition des œuvres dans la situation actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *